Quatre robes iconiques… et le pull Aran !

Dernière mise à jour : 19 sept.


Marilyn Monroe

William Travilla et Charles Le Maire sont connus pour avoir conçu la plupart des costumes des films de Marilyn Monroe. Ils utilisèrent de nombreuses robes fourreaux aux couleurs franches afin de marquer les esprits des spectateurs.


Les femmes préfèrent le rose…

C’est dans “Les hommes préfèrent les blondes” (1953), que Marilyn Monroe se dévoile en rose et danse sur Diamonds are a girl’s best friends. Cette robe bustier dotée d’un énorme nœud et assortie à des gants de soirée, est créée par William Travilla. A l’origine, il était prévu un ensemble de sous-vêtements recouverts de bijoux. C’était sans compter une série de photos refaisant surface et montrant Marilyn Monroe dans son plus simple appareil. Howard Hawks, le réalisateur, se ravise et demande une tenue pour le coup, beaucoup moins scandaleuse.


William Travilla inspiré par les courbes de Marilyn Monroe, lui coud à même le corps l’incroyable robe dorée et décolletée que l’on retrouve dans ce même film.


La mythique robe blanche de “Sept ans de réflexion” (1954)

C’est certainement l’une des robes les plus célèbres du cinéma. Également créée par William Travilla, la robe devait être un miroir de la personnalité ingénue et espiègle du personnage joué par Marilyn Monroe.


La scène nécessita 14 prises. Trop d’exclamations du public et des photographes qui regardaient le jupon de Marilyn se soulever au gré du vent dans la bouche d’aération du métro, ont obligé l’équipe a tourné de nouveau la scène en studio.




“Comment épouser un millionnaire” (1953) en robe violette, bien sûr…


La magnifique robe au bustier dont l’unique bretelle traverse le décolleté ne sera pas la seule création de William Travilla pour le film.


La robe crayon blanche avec l’étole en fourrure assortie et le maillot de bain rouge incrusté de diamants sont aussi de lui.





Porter en revanche un pull mauve pour “Le Milliardaire” (1960)…


Nul besoin de porter des robes magnifiques pour subjuguer Jean-Marc Clément (Yves Montand), il suffit d’un pull mauve et d’une paire de collants noirs pour Marilyn Monroe.


Ce pull de légende fût réédité par Gérard Darel en 2010 et porté par Robin Wright, à l’époque, ambassadrice de la maison.




Mais quel est l’origine de ce pull ?


Le réalisateur John Huston a élu domicile en Irlande, il est même devenu citoyen irlandais. Son épouse Ricki est devenue une fan des tricots et tweeds authentiques de Cleo, Dublin.




La costumière Dorothy Jeakins, par trois fois oscarisée (Samson et Delilah 1951, Jeanne d'Arc 1949, La Nuit de l'iguane 1965) est devenue également cliente de Cleo.

A l’après-guerre, la boutique Cléo a profité de l'ouverture de l'aéroport de Shannon et de l’engouement de nouveaux touristes nord-américains.


Dorothy Jeakins avait déjà habillé Marilyn Monroe dans le film "Niagara" en 1953.

Quelques années plus tard, c'est dans ce contexte que Dorothy Jeakins contacta Cleo à Dublin, vers Noël 1959 pour lui commander quatre pulls Aran identiques.


Cleo les posta en janvier 1960 aux studios de la 20th Century Fox à Hollywood où le tournage du film Let's Make Love (Le Milliardaire) avait commencé.


Dans la scène de danse d'ouverture, Marilyn dans le rôle de l'actrice de Broadway Amanda Dell, chante « My Heart belongs to Daddy » de Cole Porters. Le pull d’Aran fait alors son entrée parmi les pièces iconiques du cinéma hollywoodien.

Pour l’anecdote !


Comme l’œil expert des tricoteuses et tricoteurs auront pu le remarquer… Marilyn porte deux chandails différents dans la séquence de chant et de danse.

Il est fort probable que quatre chandails identiques aient été commandés à Cleo. La laine a pu être filée durant la période de Noël. À l’époque, les tricots sont fait main au domicile des tricoteuses et tricoteurs. Or, il faut rappeler que de nombreuses maisons rurales irlandaises étaient encore sans électricité. Les tricots sont fait de mémoire et non pas avec un modèle particulier. C’est ce qui fait leur singularité et qui leur donne un


A l’époque les tricoteurs travaillaient de tête plutôt qu’avec des modèles écrits.


Pourquoi en commander quatre ? c’était probablement pour s’assurer d’en avoir toujours un de rechange en cas d'usure.


Tricotés dans de la laine traditionnelle ces pulls étaient lourds et très chauds. A l'origine, ces pulls sont fabriqués pour protéger du climat de l'Atlantique Nord. Or voilà, l’actrice la plus emblématique d'Hollywood qui danse, chante et uniquement vêtue d'un tricot d’Aran, d'un justaucorps et de collants.


C’est au moment du refrain de la chanson de Cole Porter « My heart belongs to Daddy », écrite à l'origine pour la comédie musicale de 1938 « Leave it to me » et enregistrée par Ella Fitzgerald en 1939, que le pull change.


Le tricot sera cousu sur le justaucorps de Marilyn afin qu’il reste en place.

Le pull Aran a été porté ensuite par John Lennon, Elvis, Steve McQueen et la princesse Grace de Monaco.