top of page

La voix d’Ella Fitzgerald : le swing intemporel



"Là où il y a des rêves, de l'amour et de l'inspiration,

vous ne pourrez pas vous tromper."



Detail Illustration Ella Fitzgerald par Margoulette Illustration

Ella Fitzgerald naît le 25 avril 1917 à Newport News, en Virginie. Elle grandira dans la petite ville de Yonkers, près de New-York.


Surnommée la First Lady of Song, Ella est l'une des chanteuses de jazz les plus influentes de l'histoire de la musique.


Avec une carrière musicale qui s'est étendue sur plus de cinq décennies, et ses qualités d’interprète et d’improvisation, elle nous a laissé un héritage musical merveilleux.



Une enfance bouleversée

Ella n’a que 15 ans quand sa mère meurt suite à un accident de voiture. Pour échapper aux mauvais traitement d’un beau-père violent, elle va déménager un an plus tard chez sa tante à Harlem.

Ces événements terribles vont changer la petite fille timide. Elle fait l’école buissonnière, va se met à fréquenter les petites frappes et travaillera comme guetteuse dans une maison close.

Les autorités la placeront à l’orphelinat, et elle fera un séjour à l’École de Formation de New York pour les Filles, la maison de correction locale.


Danseuse de claquettes

La petite Ella rêve de succès et de l’agitation musicale qui bouillonne dans le quartier Nord de Manhattan, Harlem. Sa famille n’a pas les moyens de lui payer des cours de musique mais elle l’encourage dans sa vocation d'artiste.


Beaucoup lui conseille de chanter mais la jeune Ella préfère les claquettes et le ragtime. Elle pratique la danse tout le temps et partout. Elle a beau écouter les enregistrements de Louis Armstrong et Bing Crosby, elle veut être danseuse.



Les rencontres décisives

Ella Fitzgerald va grandir en pleine crise économique, la Grande Dépression.


L’industrie du spectacle devient l’alternative au chômage et au rêve de succès. Les clubs et les théâtres organisent régulièrement des concours pour les amateurs.


Quand Ella Fitzgerald monte pour la toute première fois sur les planches, c’est au Harlem Opera House. Elle voulait se présenter dans la catégorie danseurs mais la concurrence est féroce. Elle changera d’avis au dernier moment, et le maître de cérémonie l’accueille en se moquant de ses vêtements.


Persévérante, Ella fait fi des huées sur les deux premiers couplets. Elle chante The object of my affection. Elle remportera le premier prix de 25 dollars et décide d’être une chanteuse.

Elle se produit dans toutes les scènes des concours de Harlem, remportant de nombreux premier prix, jusqu’au jour où elle se fait remarquer par Bardu Ali. Il travaille au Savoy Ballroom, le plus en vue des clubs de danse de Harlem où joue l’orchestre de Chick Webb, chef d’orchestre et batteur emblématique.


Il est impressionné par sa puissance vocale et engage Ella. Son statut d’orpheline ne lui permet pas de travailler. Chick Webb et sa femme décident d’adopter Ella Fitzgerald.

Ensemble, ils vont enregistrer plus de 150 titres dont plusieurs tubes.


 Illustration Ella Fitzgerald par Margoulette Illustration
Une comptine pour premier succès

Le premier succès d’Ella est “A-Tisket, A-Tasket”. Nous sommes en 1938 et cette chanson se classe tête des hit-parades. C’est l’adaptation d’une comptine qui accompagne un jeu de cour d’école bien connu aux Etats-Unis. Notre variante s’appelle le « jeu du facteur ».


Une brève carrière d’actrice

Ce succès va lui ouvrir les portes d’Hollywood. Elle sera au générique de plusieurs films, pour des rôles chantés comme la comédie Deux nigauds cow-boy (Ride 'Em Cowboy), d'Arthur Lubin.

Mais Ella préfère la scène.


Detail Illustration Ella Fitzgerald par Margoulette Illustration

Marilyn Monroe, sa plus grande fan

En 1941, Ella Fitzgerald commence sa carrière solo.

Incontournable, admirée, elle est pourtant victime de la discrimination raciale. Dans les années 50, le propriétaire du club Mocambo de Los Angeles refuse d’engager Ella Fitzgerald.

Marilyn Monroe en grande fan d’Ella va personnellement appelé le propriétaire pour qu’il engage sa chanteuse favorite et qu’en échange, elle prendrait une table dans son club au premier rang à chacune des représentations de son amie.


« Après ça, je n’ai plus jamais eu à jouer dans un petit club de jazz. »

– Interview d’Ella Fitzgerald en 1972



Elle continuera malgré tout à subir au quotidien cette discrimination notamment l’obligation de laisser sa place à un “blanc” dans un aéroport.




Le scat et trois octaves…

Avec Louis Armstrong, Ella Fitzgerald va populariser le scat, cette technique vocale qui consiste à chanter sans paroles et imiter le son des instruments.

Ella Fitzgerald est la Queen of Jazz, reine de l’improvisation, elle a également un timbre reconnaissable. Elle couvre trois octaves, passant de sa voix de poitrine pour les notes graves à sa voix de tête pour les plus aiguës.



La première Afro-américaine à gagner un Grammy

En 1958, lors de la première cérémonie des Grammy Awards, elle obtient trois Grammy le même soir.


Le premier, elle le gagne pour sa performance d’improvisation de soliste de jazz avec l’album « Ella Fitzgerald Sings the Duke Ellington Songbook ». Le deuxième est pour sa performance vocale de chanteuse pop avec l’album « Ella Fitzgerald Sings the Irving Berlin Songbook. Le dernier concerne sa performance pour la chanson « But not for me ».


Elle sera la première femme afro-américaine à remporter ce prix, ouvrant ainsi la voie à Dionne Warwick, Aretha Franklin, Dinah Washington.

Ella Fitzgerald est nommée Doctorat honoris causa en musique de l’Université Harvard et inscrite au National Women’s Hall of Fame.




 
Pour aller plus loin


Yorumlar


bottom of page